Contraception hormonale et risques cardiaques

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

 

La contraception hormonale (comme la pilule), notamment les médicaments modernes à faible dose, est généralement sans danger pour la plupart des femmes. Comme tous les médicaments, cependant, il existe un potentiel d’effets indésirables pour certaines utilisatrices. Le risque d’effets cardiovasculaires liés à l’utilisation de contraceptifs hormonaux est connu depuis un certain temps ; il est conseillé aux femmes qui fument des cigarettes ou qui souffrent d’hypertension artérielle sévère de ne pas prendre la pilule, et l’hypertension, la crise cardiaque et les caillots sanguins sont des effets secondaires graves rares mais possibles.

 

Les auteurs de la nouvelle étude ont cherché à savoir à quel point les accidents vasculaires cérébraux ou les crises cardiaques sont fréquents dans un groupe de plus d’un million de femmes danoises qui utilisaient des contraceptifs oraux ou d’autres contraceptifs hormonaux. 

 

La bonne nouvelle est que l’étude a révélé que les caillots sanguins liés à la contraception hormonale sont rares. Ils ont cependant constaté que les femmes qui utilisaient des méthodes combinées  présentaient un risque accru de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. L’ampleur de l’augmentation variait en fonction de la dose d’œstrogène et d’autres facteurs. Comme prévu, le tabagisme augmente le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral chez les femmes. Les femmes qui souffraient de diabète, d’hypertension artérielle ou d’hypercholestérolémie présentaient également un risque accru.

Le risque d’accident vasculaire cérébral était élevé chez les utilisatrices du patch et de l’anneau vaginal, mais n’était statistiquement significatif que pour l’anneau. Les femmes qui utilisaient des méthodes à progestatif seul ne présentaient pas de risques accrus.

 

Les auteurs résument les risques :

…le risque était augmenté d’un facteur de 0,9 à 1,7 avec les contraceptifs oraux qui incluaient de l’éthinylestradiol à une dosede 20 μg et d’un facteur de 1,3 à 2,3 avec ceux qui incluaient de l’éthinylestradiol à une dose de 30 à 40 μg, avec des différences de risque relativement faibles selon le type de progestatif.

Ils soulignent également que « les risques absolus d’accident vasculaire cérébral thrombotique et d’infarctus du myocarde associés à l’utilisation de la contraception hormonale étaient faibles », ce qui signifie que si l’augmentation semble élevée, très peu de femmes connaîtront réellement ces résultats par rapport au nombre de femmes qui utilisent ces méthodes de contrôle des naissances. 

 

Comme l’explique un éditorial d’accompagnement :

 

Considérant les risques absolus de thrombose cérébrale et d’infarctus du myocarde chez les non-utilisatrices de contraceptifs hormonaux et les risques relatifs chez les utilisatrices, le nombre d’événements thrombotiques artériels « supplémentaires » attribuables aux contraceptifs hormonaux est d’environ 1 à 2 pour 10 000 femmes par an ou, de manière équivalente, de 10 à 20 pour 100 000 femmes par an pour les formulations combinées œstroprogestatives susceptibles de provoquer des événements artériels. Il s’agit de petits nombres. Pour une femme individuelle, la probabilité d’un événement est assez faible.