Comment effectuer un test de paternité et à quel prix

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Sommaire

 

Constituer une preuve sur le lien de filiation biologique entre l’enfant et son éventuel géniteur est tout à fait convenable. Grâce à une observation scientifique, un test ADN donne la possibilité de fonder un lien de parenté et de savoir le père biologique de l’enfant. Lorsque le résultat montre que l’ADN de l’enfant est compatible à celui du père présumé, on peut mener à terme une vraisemblance de paternité à 99%. D’une manière inverse, si le résultat prouve le contraire, cela montre qu’il est uniquement le père prétendu de l’enfant. Mais comment se passe-t-il, un test ADN de paternité ? Et à quel prix ? Ci-dessous quelques notions à savoir avant de vous lancer à cette action. 

 

Pourquoi faire un test de paternité ? 

De multiples raisons peuvent mener à réaliser un test de paternité : 

  • Dans le cas où la mère a eu une relation intime avec deux hommes successifs dans un court espace de temps, elle rencontre une difficulté de reconnaissance du vrai père de l’enfant. Corollairement, la mère de l’enfant peut être le demandeur de preuve de filiation paternelle afin de dissiper la moindre gêne. Elle peut opter à deux options : un test ADN prénatal (c’est-à-dire au cours de la grossesse) et un test génétique normal (à faire après la naissance de l’enfant). 
  • Dans le cas où l’enfant a été conçu hors mariage ou même pendant le mariage, mais que le père et la mère sont divorcés, un test de paternité est demandé par le père afin de prouver qu’il possède réellement un lien parenté avec son enfant. Dès lors, il peut accompagner à donner l’autorité parentale ou un droit de visite à son enfant. La mère aussi peut être un demandeur afin de solliciter une pension alimentaire à son ex-amant.
  • Dans le cas où la réalisation d’un test de paternité est obligatoire en raison des règles judiciaires en droit de la famille. Dû à un conflit entre des héritiers de famille, un test ADN peut entrer en jeu pour rendre clair les problèmes familiaux. Par conséquent, une analyse ADN sur les grands-parents peut être exaucée.

Prix test adn paternité : quel est son coût ? 

ADN prix :

Le prix d’un test ADN paternité est très changeable selon les différents critères.  En effet, le tarif de base d’un test ADN de paternité s’élève à 149 euros, les frais de renvoi des résultats inclus. Les frais de retour du kit par la poste sont à la charge du demandeur du test. 

 

Visitez ce site pour en savoir davantage sur le prix test adn.

 

Certes, le déroulement du test se fera par le biais d’un prélèvement salivaire ou par prélèvement sanguin par des experts dans un laboratoire. Ils utilisent les empreintes génétiques de l’enfant et du père et emploient une technique innovante et avancée afin de promettre un résultat fiable à plus de 99,99%. 

 

Quelles sont les démarches à suivre pour effectuer un test de paternité ?

La démarche pour effectuer un test de paternité est comparativement facile, tout en obéissant à la loi en vigueur. 

En général, il faut avoir une délibération provenant du Tribunal de grande instance pour pouvoir effectuer une action en recherche de paternité. Une action à titre personnel peut être aussi engagée pour identifier le père présumé de l’enfant.

 

À l’évidence, le prélèvement buccal est l’empreinte la plus utilisée pour le test ADN.  C’est une pratique qui ne cause pas de douleur, mais qui suffit juste de frotter dans la bouche en utilisant une sorte de coton-tige permettant d’avoir l’échantillon de salive. 

Pourtant, cette biopsie n’est pas toujours aléatoire. Dans ces conditions, le prélèvement d’ADN peut se faire par : la prise de sang, les cheveux, le sperme, les mégots de cigarettes, les ongles, etc. 

 

En cas de contestation paternelle, le test ADN peut être la preuve au niveau de la justice qu’il n’est pas le véritable père. 

Au niveau de la loi, le test de paternité en France est autorisé, mais très exigeant et très assujetti aux règles. Plusieurs sanctions sont possibles lors du non-respect de la procédure judiciaire comme l’emprisonnement de 1 an ou un dommage et intérêt de 15000 euros d’amende. (Article 226-28 du code pénal).